Matareva : passion et dynamisme. Jeunes. Polynésiens. Polyvalents.

Unis par une même passion pour la culture polynésienne, nous mettons nos talents au service de la revue Heiva i Tahiti.
L’association Matareva a créé la revue en 2010. À l’époque, il n’existait aucun ouvrage exclusivement consacré au Heiva. La revue est aujourd’hui traduite en japonais grâce au partenariat avec Tahiti Promotion au Japon et une traduction en anglais est à l’étude. Un de nos objectifs est de diffuser la revue à l’étranger afin de faire connaître notre culture, vibrante et bien vivante. Ainsi nous contribuons à mettre à mal les clichés qui réduisent la Polynésie à une plage de sable blanc, où se baignent de jolies vahine aux seins nus.
Notre équipe de photographes et de rédacteurs est présente lors de toutes les manifestations du Heiva, elle se fait fort d’en saisir et d’en relater les plus beaux instants.

Chaque membre de Matareva donne de son temps bénévolement pour capturer, année après année, le mana du Heiva i Tahiti. Polynésiens, tous diplômés de l’enseignement supérieur, nous menons une vie professionnelle active. Possédant de solides connaissances et compétences dans des domaines très variés, tels que l’informatique ou la photographie, et des talents littéraires, linguistiques ou artistiques, chacun apporte sa pierre à l’édifice.  Ainsi la conjonction de nos idées, de nos savoirs et de nos savoir-faire nous permet d’élaborer une revue de qualité pour l’amour de notre culture.
Après avoir passé une année entière à répéter inlassablement des chorégraphies complexes, à préparer des costumes éblouissants, à s’entraîner pour des épreuves sportives, quel artiste ou athlète n’a pas envie de conserver une trace de tous ces efforts ? Le passage sur scène représente la concrétisation de plusieurs mois de travail intensif, et c’est le moment où les artistes donnent le meilleur d’eux-mêmes. Parés de leur costume végétal fraîchement confectionné, et qui demain ne sera plus, danseurs et danseuses resplendissent, gracieux et souriants. Les athlètes rivalisent de force et d’adresse, affrontant les vagues sur leur va’a, perçant de leurs javelots une noix de coco haut perchée, soulevant d’impressionnants blocs de pierre. Les artisans font montre d’une créativité toujours renouvelée dans leurs créations de nacre, de pandanus ou de bois. A travers la revue Heiva i Tahiti, chacun a l’opportunité de garder un souvenir impérissable de l’édition du Heiva à laquelle il ou elle a participé. De cette manière, chacun peut conserver l’esprit de son école, de son groupe, de son équipe, de son district, de son île.
Photographes et rédacteurs, nous sommes nous-mêmes des artistes. Durant le Heiva, nous prenons sur le vif les mouvements, les expressions, les couleurs, nous mettons en mots les situations, les émotions. Des dizaines d’heures de travail, de réunions, de tri, de corrections, sont nécessaires pour parvenir au résultat final: une revue dans laquelle s’harmonisent textes et images pour sublimer le Heiva.

Nos photographes, parfois amateurs mais souvent professionnels, savent mettre en valeur les artistes sur scène, les athlètes en plein effort. D’autre part, chaque année Matareva sélectionne un nombre important de rédacteurs afin de permettre une variété de styles, de ressentis, de visions des spectacles.

Teava
TeavaDirector
Tearii
TeariiPhotographe
Maiko
MaikoPhotographe